Formation profane des cadres religieux : la FIF compte 30 nouveaux boursiers

Depuis le début de l’année 2018, la Fondation de l’Islam de France (FIF) a octroyé plus de 30 bourses aux cadres religieux musulmans : imams, aumôniers militaires, hospitaliers et pénitentiaires, cadres associatifs cultuels salariés ou bénévoles.

La FIF soutient les cadres religieux musulmans qui s’inscrivent aux diplômes universitaires (DU) « société, laïcité, religions » par l’octroi de bourses.

 

Boursière de la Fondation, Zohra Abib-Boulif est lauréate 2018 du diplôme universitaire « Laïcité, société, religions » de l’Université Paris Sud. Ingénieur de formation, bénévole au sein d’associations ainsi que dans un hôpital parisien, elle se destine à l’aumônerie hospitalière.

« Je conseille vivement aux ministres du culte musulman de s’inscrire à cette formation. Elle permet d’avoir une vision globale et large du droit, de la laïcité et surtout des valeurs et des institutions de la République».

« Une formation originale qui apporte une vision des valeurs, des institutions publiques et surtout de l’accord entre la loi et la liberté religieuse».

« Cette formation permet d’avoir des perspectives quant à la pérennisation, la modernisation et la ‘laïcisation’ du culte musulman comme de tous les cultes confondus».

« Il me semble important de collaborer avec les autres cultes, notamment le culte catholique, au regard de son histoire et de son vécu. Cela ne peut être que bénéfique pour nous».

Professeur des universités en histoire grecque, Bernard Legras est directeur du DU « Connaissance de la laïcité » de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. 

« Nous avons des étudiants chrétiens, juifs, musulmans, d’autres franchement athées ou agnostiques. Certains sont des cadres religieux, d’autres des agents publics et privés qui n’ont pas de liens institutionnels avec les grandes religions mais qui viennent pour découvrir la laïcité».

« Nous avons créé ce diplôme en 2015 avec beaucoup de volontarisme. L’expérience est totalement positive, raison pour laquelle nous la reconduisons chaque année».

« Nous voyons très positivement l’octroi de bourses par la Fondation de l’Islam de France : ce DU, à travers la diversité des âges, des sexes, des origines religieuses ou non, est un véritable microcosme de la société française. Se retrouvent des personnes qui se découvrent».

« Ce sont des cours extrêmement vivants, où le professeur délivre évidemment un savoir, mais où chacun peut aussi s’exprimer. Cette liberté d’expression, consubstantielle de la notion de laïcité, se poursuit même à l’heure du déjeuner puisque les étudiants se retrouvent pour déjeuner ensemble».

Quels objectifs pour la Fondation?

L’un des objectifs prioritaires fixés à la Fondation de l’Islam de France (FIF) depuis le mois de juin 2017 est de contribuer au développement de la formation profane des ministres du culte.

A cette fin, la FIF a mis en place un dispositif d’attribution de bourses aux ministres du culte qui s’inscrivent à l’un des 18 diplômes universitaires (DU) « Laïcité, société, religions » homologués par le ministère de l’Intérieur au sein des universités françaises.

Ces DU permettent aux ministres du culte de mieux appréhender les institutions de la République et la laïcité, les principes généraux du droit régissant les rapports entre le culte et les pouvoirs publics ainsi que les sciences humaines et sociales des religions.

La bourse permet la prise en charge à hauteur de 50% des frais d’inscription au DU.

Les boursiers de la FIF sont originaires de l’ensemble du territoire national et inscrits dans les universités de Montpellier, Paris, Metz, La Réunion, Lille, Aix-en-Provence, Lyon, Bordeaux, Mayotte, Nice, Nantes, Rennes, Strasbourg, Toulouse.