Relancer l’islamologie en France ? La nécessité d’accéder à un savoir scientifique, critique et rationnel sur l’Islam

Les études académiques du Coran, du Hadith, du droit musulman ou encore de la théologie, ont été délaissées ces 30 dernières années. A travers un partenariat avec le Groupement d’intérêt scientifique « Moyen-Orient et monde musulman » – CNRS, universités, écoles – la Fondation de l’Islam de France entend soutenir une demande qui émane de l’ensemble de la société française.

Eric Vallet, historien, enseignant chercheur à Paris 1 – Panthéon Sorbonne et directeur du Groupement d’intérêt scientifique « Moyen-Orient et monde musulman » (GIS MOMM), explique l’intérêt de ce partenariat.

 

Le GIS MOMM est une alliance entre le CNRS, des universités, des écoles prestigieuses comme l’Ecole pratique des hautes études (EPHE) ou l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) qui ont décidé de constituer un groupe rassemblant tous les laboratoires de France travaillant sur le Moyen-Orient et le monde musulman.

Au moment de la constitution du GIS MOMM, en 2013, un livre blanc a été rédigé ; la défaillance des études en islamologie a été pointée.

Qu’est-ce que l’islamologie et quel en est l’objectif ?

Il s’agit d’étudier le fait religieux islamique à travers ses textes et ses pratiques dans l’histoire et au présent.

Très concrètement par exemple : étudier le Coran, le hadith, le droit musulman, le soufisme, la théologie, donc toutes les formulations et reformulations modernes et contemporaines de la religion islamique par les musulmans eux-mêmes.

L’islam fait partie des sciences humaines et sociales à l’université : les études en islamologie ne visent pas l’apologie de l’Islam mais s’appuient sur les méthodes critiques de la recherche pour essayer d’en comprendre les ressorts social, politique, culturel et religieux.

Au 20ème siècle, il y a eu une grande tradition d’études de l’islam en France, mais cela était essentiellement lié à son histoire coloniale. L’école d’Alger en particulier a beaucoup rayonné, puis l’islamologie s’est progressivement délitée au cours des 30 dernières années.

Aujourd’hui, l’islamologie prend un nouveau départ, avec de nouveaux chercheurs et ce partenariat inédit entre un GIS et une fondation : la FIF et le GIS MOMM accompagneront le renouveau de l’islamologie française.

Ce renouveau est fondamental car l’islamologie permet d’accéder à un savoir critique et rationnel sur l’Islam, demande qui émane de l’ensemble de la société française.

Le partenariat avec la FIF vise à renforcer les pôles existants, à encourager des publications d’ouvrages de référence sur l’étude scientifique du fait islamique, développer des ressources électroniques et des formations pour la recherche dans ce domaine. Cette action ne serait pas possible sans le soutien de la FIF.

Il s’agit d’un partenariat inédit entre un groupement de laboratoires français et une fondation, partenariat qui permettra, sur le long terme, de relancer une recherche précieuse pour la compréhension du monde contemporain.