Nos missions

L’objet de la Fondation de l’Islam de France n’est pas religieux, mais profane. La Fondation a vocation à développer ses projets dans l’ordre culturel, éducatif et social, notamment en direction de la jeunesse. Elle promeut, dans le respect du principe de laïcité, la connaissance du fait religieux musulman ainsi que l’histoire des civilisations et des sociétés musulmanes.

La Fondation soutient toutes les initiatives ayant pour objet d’affermir la construction d'un Islam respectueux des valeurs de la République : liberté de conscience, laïcité, égalité de tous les citoyens, indépendamment de leur origine, de leur croyance et de leur sexe. La République française est constituée par la communauté de tous les citoyens français, à égalité de droits et de devoirs.

La Fondation œuvre ainsi à lever le voile de l’ignorance en montrant à l’ensemble du corps social que si l’Islam est une religion, une foi, un livre, écrit dans une langue, l’arabe, c’est également une Histoire, des savants, des philosophes, une architecture, des arts raffinés, des littératures. Ces « humanités » doivent plus que jamais faire l’objet d’une politique culturelle de grande ampleur, celle-ci contribuera à faire émerger en France un Islam des lumières.

1.

Faire connaître dans un esprit laïque le fait religieux musulman


La Fondation s’est donnée l'objectif de créer dans l’immédiat un portail numérique et à terme un campus numérique autour des sociétés et des civilisations musulmanes, pour permettre à de nombreux experts de s’adresser de manière pédagogique au grand public, afin de rendre intelligible les grands débats qui animent l’Islam contemporain.

Ces débats seront conduits avec la distanciation nécessaire à toute approche scientifique.

2.

Donner des repères républicains


La Fondation se fixe en particulier comme objectif de valoriser dans le récit national l’apport des Français de tradition musulmane, dans les guerres de défense et de libération nationales, dans la reconstruction du pays après 1945 et dans le développement de la France.

Ainsi la Fondation contribuera à offrir aux jeunes Français en quête d’identité des repères auxquels ils pourront s’identifier.

3.

Ouvrir des chemins d'élévation


Une partie de la jeunesse française de tradition musulmane peine à trouver ses marques dans la société française. La Fondation entend faire de l’action culturelle et éducative un levier parmi d’autres pour restaurer l’estime de soi et favoriser le sentiment d’appartenance à la France. Elle entend enrayer les surenchères et favoriser les désescalades. L’avenir de cette jeunesse hors sol et privée de repères constitue une préoccupation essentielle pour la Fondation. Pour conjurer la tentation d’une radicalisation mortifère à laquelle cette jeunesse est exposée. La Fondation entend favoriser tous les chemins d’élévation, sociale, professionnelle, mais aussi morale et spirituelle.

4.

Être un pont dans le dialogue des cultures


Si la langue française constitue la langue de la République, la langue arabe demeure le vecteur de la religion musulmane et des civilisations arabes. La Fondation favorisera donc son apprentissage en montrant dans toute sa diversité, la richesse du patrimoine culturel musulman. Ce sera la meilleure manière de lutter contre l’intolérance.

Dans cet esprit, la Fondation va nouer un partenariat avec des institutions culturelles, à l’instar du département des Arts de l’Islam du musée du Louvre, l’Institut du Monde Arabe, la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration, le MUCEM et diverses institutions culturelles à Lyon, à Paris et à Marseille notamment, pour mieux faire connaitre à l’ensemble du corps social l’ancienneté et l’étroitesse de la relation qui lie la France à l’Islam.

Ainsi, la Fondation veut-elle être un pont dans le dialogue des cultures. Elle aidera les Français à s’approprier cet héritage pour que l’apport de l’Islam soit pleinement intégré dans la civilisation française.

5.

Revivifier les études islamologiques en France


Parallèlement la Fondation impulsera une dynamique forte dans le champ des études islamologiques. Un projet de partenariat est en cours d’élaboration avec le groupement d’intérêt scientifique du CNRS « Moyen-Orient - Mondes musulmans ». La France a produit au XXème siècle une école prestigieuse d’orientalistes de renommée mondiale. Il s’agit de revivifier cette tradition.

La France a noué avec le monde musulman des relations anciennes et profondes, notamment avec l’Empire ottoman depuis le XVIe siècle et avec le monde arabe et l’Afrique, du XVIIIe siècle à nos jours. Il n’est que temps aujourd’hui de prendre la mesure des enjeux que font apparaître le resurgissement sur la scène de l’Histoire de nations anciennes ou plus jeunes et le réveil dans le monde musulman de la modernité et de l’Islam qui, sous différentes formes, l’accompagne.

6.

Former les imams aux valeurs de la République


La Fondation entend aussi s’impliquer très activement dans la formation profane des imams. Elle compte pérenniser le travail accompli par le bureau des cultes du ministère de l’intérieur en aidant les ministres du culte à s’inscrire dans des formations universitaires diplômantes « laïcité, société, religion », afin qu’ils maitrisent l’environnement institutionnel français et ce que signifie de manière concrète la laïcité. La Fondation financera des actions de formation linguistique des imams, car on ne peut faire société sans parler la langue commune. Albert Camus définissait l’identité française par la maîtrise de la langue. Pour faire émerger un islam de France, il est nécessaire d’appuyer l’alphabétisation et l'apprentissage du français. Il faut aussi que les imams puissent prononcer leurs prêches en français.

Dans l’esprit de Jacques Berque

L’ambition de la Fondation répond à une urgence : consolider par son action la concorde nationale. La Fondation entend œuvrer à la fraternité et à l’amitié civique et lutter contre le préjugé et l’ignorance, en montrant les liens intimes et étroits qui lient l’histoire de la France et celle du monde musulman, notre voisin.

La philosophie du projet de la Fondation peut être résumée par cette pensée de Jacques Berque formulée dans le livre « Les Arabes, l’islam et nous » : « Qu'il se crée en France non pas un islam français, mais un islam de France, disons, pour simplifier, un islam gallican, c'est-à-dire un islam qui soit au fait des préoccupations d'une société moderne, qui résolve les problèmes qu'il n'a jamais eu à résoudre dans ses sociétés d'origine, figurez-vous le retentissement qu'aurait cet Islam de progrès sur le reste de la zone islamique !"

La Fondation apportera ainsi sa contribution à la construction de la France du XXIe siècle où ses citoyens de culture musulmane sont appelés à prendre toute leur place, dont la République Française n’a rien à craindre, si elle sait revenir à ses principes, c’est à dire à ses sources.