ACTIVITÉS DE LA FONDATION DEPUIS SA CRÉATION

Création de la Fondation

La Fondation a été reconnue d’utilité publique et instituée par un décret en date du 05 décembre 2016. Aussitôt après, s’est réuni le 08 décembre 2016, dans les locaux de l’Assemblée nationale, le premier conseil d’administration, qui a désigné les personnalités qualifiées, élu son bureau et validé le recrutement de son Directeur Général. Lors de ce conseil d’administration, a été validé le règlement intérieur et la délégation des pouvoirs.

Par ailleurs, ce premier conseil a permis à ses membres de réfléchir à un programme d’actions de la Fondation. Le budget prévisionnel de la Fondation a aussi été adopté.

Une deuxième réunion du CA s’est tenue le 23 janvier 2017, durant lequel 23 membres du conseil d’orientation ont été désignées. Les membres du CA ont donné leur accord pour le lancement de deux actions : l’une destinée à renforcer l’apprentissage de la citoyenneté de la jeunesse par l’octroi d’un financement à l’association des Scouts Musulmans de France à hauteur de 50 000 euros, l’autre par la délivrance de bourses destinées aux cadres cultuels musulmans à hauteur de 50 000 euros.

Projets actés par le conseil d’administration 

Des projets destinés à favoriser la citoyenneté dans la jeunesse. A ce titre, un partenariat a été entrepris avec l’association des Scouts Musulmans de France autour de trois actions :

  • Initier les jeunes aux valeurs de la citoyenneté.
  • Développer la connaissance mutuelle chez les jeunes par le dialogue inter-religieux.
  • Faire participer les jeunes autour des valeurs républicaines.

Pour favoriser la formation profane des imams, il a été décidé d’octroyer des bourses. Ces bourses doivent faciliter l’inscription des ministres du culte musulman dans des formations profanes, à l’instar des diplômes d’université (laïcité, société, interculturalité). Une réunion informelle du conseil d’orientation s’est tenue le 22 février 2017, réunissant les membres du COR, où un riche et vif débat a permis de faire émerger des idées directrices qui guideront l’activité de la Fondation :

  • Création d’un campus numérique sur l’Islam.
  • Développement de la recherche en islamologie.
  • Valorisation du rôle des Français de tradition musulmane dans le récit national.

Un troisième conseil d’administration s’est réuni le 06 mars 2017, qui a permis de compléter la liste des membres du conseil d’orientation (7 nouveaux membres et 7 membres associés). Le CA a permis également de débattre des pistes qui ont été lancées par le conseil d’orientation et a proposé que Sadek Beloucif soit désigné comme prochain président du COR.

Un conseil d’orientation, en assemblée plénière, a été réuni le 27 mars 2017 dans les locaux de l’assemblée nationale, il a élu à l’unanimité son président Sadek Beloucif. La discussion a porté sur les pistes de travail de la Fondation et a dessiné l’ébauche de groupes de travail autour des thématiques jugées prioritaires par les membres du COR.

Des groupes de travail pour réfléchir à la construction de projets

La Fondation de l’Islam de France a choisi de mettre en place des groupes de travail en réunissant les membres des conseils d’administration et d’orientation ainsi que d’autres personnalités extérieures qui pourront être auditées dans ces groupes et ainsi apporter leur expérience. Les actions qui émergeront de ces réunions de travail seront débattues au conseil d’orientation puis une sélection sera proposée au conseil d’administration pour validation définitive.

1.

Bourses, formation profane et diplômes universitaires


Dans un souci d’améliorer la formation profane des Imams, la Fondation de l’Islam de France s’est dotée d’un programme de bourses destiné aux ministres du culte pour les inciter à s’inscrire à l’Université dans des diplômes universitaires à l’intitulé suivant : « laïcité, religion, société ».

2.

Islamologie


La France était traditionnellement auréolée d’un fort prestige dans le champ des études islamologiques. La Fondation veut, par le biais de ce groupe de travail, revivifier ces études par un soutien financier à la recherche et par une volonté de rendre accessible au plus grand nombre les débats autour du fait religieux musulman sur un mode académique et non prosélyte.

3.

Site internet : connaissance du fait religieux, des civilisations et des sociétés islamiques


La Fondation fait de la compréhension et de la connaissance du fait religieux musulman un objet majeur de son activité. A cet effet, un groupe de travail se penchera sur les actions à mettre en place pour favoriser la connaissance des civilisations musulmanes à travers un site internet dédié.

4.

Editions, brochures, manuels scolaires relatifs à la connaissance du fait religieux musulman


Devant la prolifération d’ouvrages consacrés à la théologie musulmane souvent d’inspiration rigoriste, la Fondation entend soutenir la publication d’œuvres visant la connaissance du fait religieux musulman dans un esprit éclairé.

5.

Statut et condition sociale des imams (en collaboration avec le CFCM)


Le statut de l’Imam est mouvant et ses conditions d’exercice sont, dans la grande majorité des cas, peu connues par le grand public. La Fondation souhaite accompagner le CFCM dans son travail d’amélioration des conditions matérielles et sociales de l’exercice de leurs fonctions par les imams employés dans les mosquées.

6.

Apport des Français de tradition musulmane à la défense et à la reconstruction de la France ainsi qu’à leur place dans l’histoire contemporaine du pays.


« Qu’est-ce qu’être Français » ? Cette question est revenue avec acuité devant les débats récents, où les interrogations se portent sur la place des Français de tradition musulmane dans la vie de la nation. La Fondation souhaite faire connaître et valoriser l’apport des Français de tradition musulmane dans notre Histoire. L’identité française n’a jamais été figée. Elle a accepté des apports successifs et elle doit s’enrichir de nouvelles composantes, sans que change la définition du « Français » : est Français tout citoyen français qui reconnait ses devoirs envers la République.

7.

La jeunesse française comme passerelle (notamment dans le domaine économique et le développement de nos entreprises) vers les aires culturelles arabe, africaine, turque, iranienne indienne et malaise.


Le monde ouvert nécessite que la France se serve de ses atouts pour affirmer sa compétitivité à l’échelle mondiale. La France dispose d’une connaissance particulière et souvent d’une proximité géographique avec le monde de l’Islam. Ces atouts devraient permettre aux jeunes de tradition musulmane de se valoriser dans les pays émergents appartenant aux aires culturelles qui leurs sont familières pour participer au rayonnement économique et politique de la France.

8.

Financement de la Fondation


Les Fondations sont toutes à la recherche de financements pour construire des actions d’intérêt général. A ce titre, un groupe de travail a été constitué pour déterminer une stratégie de collecte de fonds et ainsi attirer des donateurs, dans un contexte de raréfaction des ressources privées et publiques.

9.

Commission « femmes »


Ce groupe vise à réhabiliter la visibilité du féminin en Islam, afin de contribuer à l’égalité hommes-femmes dans la République.

10.

Culture


Dans un souci de faire partager la connaissance du fait religieux musulman, la Fondation entend promouvoir des actions, en collaboration avec les institutions culturelles prestigieuses qui composent ce groupe de travail.